• Que dire de plus ?

    Que dire de plus ?

  • aout 2008

     

    Pas à pas je circule dans le vide,

    Il n’y a pas de stop, c’est q’un feu sans signal, aérien qui plus est, au musée un tableau pendu, le maure, roi des corses, fend une histoire à deux sous qui ne tient pas debout. Le sens n’est qu’un article sans valeur, ce qu’il y a de marchand, les oiseaux n’en ont quoi faire, ce quoi gargouille dans le ventre de la grenouille attristé par la mort de sa sœur, il s’énerve par tant d’ardeur, et la chaleur l’étouffe.

    Il meurt définitivement dans le musée à regarder son ombre recopié par un tableau, le maure est mort et le corse s’esclaffe de n’être qu’une tête en l’air.

     

    Esquive, esquisse ta vie, épuise et ne relâche pas. Tes yeux sont l’univers à exploiter, t’épater à écouter, ce que les bruits gravés ont intempéré à ton cœur. Cœur athée et passé de trop d’ignorance, à ne pas savoir où aller et née point dans l’inconnu ce qui est un pas vers l’imparfait de quoi garder appâté le présent de l’intransigeance au taqué.


    votre commentaire
  • Le café coule, dans la cafetière, une goutte à la fois, 10 minutes par goutte. C’est long ! Le bruit s’est arrêté ! Je me lève, croyant le café terminé, mais il n’en est rien… cela recommence, alors je me rassis et j’attend, 1heure, 2 heures…

    L’histoire pourrait me faire rire si elle ne recommençait pas tout les jours.


    votre commentaire
  • sans toits


    votre commentaire
  • On marche pied levé, à enjamber ce qui nous sert de vie, comme pantin d'abruti, on dit oui et encore oui. Et qu'est ce qu'on nous sert?

    2 tranches de pain rassi avec une vache morte entre les deux !

    Putain de vie je vous dit !

    Qu'on se lève au matin ou pas, on finit toujours par nous endormir avec des calomenies juteuses...


    votre commentaire

  • "Je suis jeune, et tous les jours au matin j’essaye de mettre en route la machine à espoir. Ça fonctionne un temps, puis plus rien, que dalle nada, ça déraille…rebelote demain."



    votre commentaire
  • Crème solaire ou Manteau ? Manteau…

     

    Quatre ou cinq, selon les avis je dirais quelque uns, accompagné de plusieurs bonnet péruvien, cela somme toute.

     

        Créature du 21eme siècle, un bonhours,

     

    La résultante d’un bonhomme quelconque, à la masse moléculaire de laine qui enveloppera son corps. Aucun rapport aux haricots rouges,  qui contiennent eux de la phytohémagglutinine !!! Je parle bien ici du bonhours, l’homme des neiges confrontés à l’aire glacière qui suivant le réchauffement aura lieu de phase terminale, le torero privé de son draps rouge en quelque sorte.

    On pourra dire ce que l’on veut, d’ailleurs je mis presse, la tomate gèle au phitose,  et terre mis tort Ô phobe, mais le temps de présence de l’être humain ( on parle alors d’humanité) , est compté. D’ailleurs ce n’est pas la seule,  l’existence générale d’être plus ou moins vivant, l’est aussi, l’aiguille ne doit pas dépasser les 160,  au radar allemand, au meilleur du mieux je dirais 90 (en France), au delà, c’est la peine de mort ré oblige, on est de trop, faut arrêter de nier ce qui est, trop de sauvage au mètre carré ça te ratiboise l’Amazonie. C’est ça ou c’est rien, on risque de perdre les anglais, imagine toi l’Angleterre envahi par la neige ! on est bien d’accord que ce n’est pas le meilleur exemple, et pourtant c’est bien ce qui risque d’arriver, et je ne parle pas des plagias…les vendeurs d’accessoires de plage,  sans qui la vie n’a aucun sens !

     

    L’absurde de la situation, c’est qu’on ne pourra même plus dire, « on est fait comme des rats ! » à moins qu’il existe une espèce polaire de rats, cela qui aurait au moins l’avantage de s’en faire de gros manteaux épais…pour le froid !

    C’est dommage, cette histoire avait si bien commencé…

     

    Ne me demande pas par où.

     


    votre commentaire
  •  

    Virtualité

     


    votre commentaire
  • Avril 2009

                            « On dirait que tout le monde est contre moi ! »

    Peut-être, mais peut être aussi que tout le monde n’est pas contre toi, mais toi !? es-tu avec quelqu’un ?

     

    Le sens caché d’une fin à soi où seul le secret enfouit aux entrailles du sujet peut provoquer une mort clandestine.

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • " les abeilles courent et les nuages se couvrent au paravent le ciel s'éclaire sans vraiment faire noir au café le serveur attend et l'addition n'est qu'une somme de deux paires et sa mère engueule ses frères à la guerre est haché ce qu'il y a au boucher traite son voisin d'un salopard de postier fauché ta haie et sauter par dessus la piscine couverte de boue en joue les nazis sont finis "



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique