• Toujours aussi actuel... 

    Où sont les gens raisonnables qui respectent les autres ?
    On a beau s'investir pleinement, au delà de la raison même, le vent vous rattrape !
    L'égo domine majestueusement, au siècle de l'incompétence et de la bêtise.
    Les bras balance l'injustice et donne envie de relâcher la passion,
    Que nenni, ils ne m’auront pas, non ils ne m’auront pas,
    car j’ai quelque chose de précieux et d'infaillible,
    quelque chose qu’ils ne connaissent pas :
    ça s’appelle une éthique …  
     

     6nov 2010


    votre commentaire
  •  

    Politiquement parlant, j'ai peur d'avoir honte "être français" dans pas longtemps... bon c'était déjà le cas depuis que je vote... mais là c'est pas pareil !! ...

    Je ressens déjà un profond dégout de l’humanité. Pauvre Histoire de France... et du monde...le XVIIIe siècle était le siècle des lumières, dont le but était de dépasser l'obscurantisme et promouvoir les connaissances. le XXIe siècle sera peut être le siècle de l’ignorance, c’est un fait, on est tristement incapable de ne pas répéter inlassablement les mêmes erreurs, à l’époque de la communication et du savoir universel par fibre optique, on s’obstine à rester con… c’est ballot !

    Et puis un jour, alors qu’ils somnolaient profondément dans une passive léthargie, une gifle monumental arracha les Hommes (soit disant civilisés) de leurs confortables indolences, tourmenté alors de tout perdre ( on pouvait y lire l’effroi dans leurs yeux), ils se mirent à quatre pattes pour ramasser le plus possible de ce qu’ils leurs restaient d’egos…( EGO, c’est ce « moi » artificiel, souvent synchronisé à l’idéologie dominante, c’est un « moi » individualiste, souvent intolérant, parce qu’il nous fait croire que notre microcosme est un macrocosme. L’ego, c’est un ensemble de mensonge et de concept rigide, figé dans une représentation limité de l’existence, alors que notre conscience, elle, est n’a aucune limite !! et qui nous mène inévitablement à la ruine… on est bien là je pense, au début de la période la moins glorieuse de l'humanité ! Mais pas de panique on aura toujours l’iphone pour appeler à l’aide !


    votre commentaire
  • En freesbury, la tête lourde, je pose mon cul sur le canap,

    Ya comme un vide dans l’air… l’air de rien la journée était fatiguante,

    Alors je Zap, zap là, non tu l’as vu ce con ! Évident, je juge, j’ai pas trop le temps de penser…

    Tolérer me prendrais du temps, comprendre pourquoi un russe tape sur la gueule d'un géorgien ça relève de l’incompréhensible…

    Et puis alors on s’en fout, parce qu’a la télé, y parle de Cécilia, et puis de Carla… Ça au moins ils expliquent bien, les journalistes, c’est fou ça ressemble à closer ! enfin sur le coup même ça… me vide, faut dire qu’ils sont fort pour te faire oublier ta pauvre existence…ZAP… on passe à la cave, l’humour de bas étages, d’habitude on dit premier degré, mais on arrive un temps ou le degré baaah ça se pourrait qu’il soit dans le négatif, faut bien préparer le peuple à la fatalité de notre économie et de notre climat… alors on voit des gens qu’on connaît pas vraiment, y a un peu de tout en faites… y a un seul lien qui les relie, d’être tous légèrement con, on arrive à une époque où même l’humour ne doit en aucune manière nous faire réagir, du coup ça pose le problème de savoir si il faut rire de tout !  Quant on sait qu’ils arrivent à rire de rien, que dalle, ça paraît même parfois extrêmement gênant, pourtant j’ai rien à voir la dedans, vu que tout m’indique que je suis au dehors même du tube…enfin bon, c’est la fin du rire, morosité de l’âme… et le malade…ZAP…


    votre commentaire
  •  

    Je suis perdu dans la logique de consommation,

    Je ne sais pas où je vais,

    Parce que j’ignore où la société nous emmène !

    Je ne suis pas banquier, et d’ailleurs je ne les aime pas.

    Qui peut les aimer aujourd'hui  ?

     

    Je ne suis pas à l’aise, c’est normal en voyant tout ce cirque… et le reste.

    Apprendre, comprendre, analyser, parce que tout déraille…

    Parce qu'obligé de s'en préoccuper, à tort ... à raison. 

    Et perdu dans l’abîme du savoir, ensuite, J’enivre et me noie…m’égard

    STOP, Je ne veux plus rien savoir, trop c'est trop, votre réalité est moche et sacrement irrésponsable. Et votre idéal de vie, ce truc individualiste, là, ce chacun pour soi, ça pue la béte crevé... le chacal bave... 

    Et ouais, l'odeur de la mort, rode partout...dans les moindres recoins, et la sagesse, pendant ce temps là, bah elle se tire d'ici  ...quoi ça la sagesse, qu'es ça veut dire ?   .. allez...HUh, salope, galope  aveuglement, on ne te connait pas, tu n'es pas d'ici !! 

     

    Demain devrait plutôt inventer un autre jour.

     

    Demain devrait être de l’espoir, une fête sympa, une énorme utopie, mais chute de tension, ça pète au japon.

    NO LIMIT. CONTAMINATION...

    ET Sensation de vide, de fatigue.

    Fatigue intense comme une déprime profonde, à l'intérieur, qui m'empêche de rire, de croire, de vivre. Vivre où ça ? Et comment ? Dans ce monde étriqué, replié sur lui même, condamné à s’éteindre…

    Je me sens emprisonné, alors que ma propre vie n’est même pas encore commencé...

    Au dessus de nous, les ficelles qui tiennent la toile, cèdent un à un, bientôt l’obscurité tombera, le jour où cette toile, qui, censait nous protèger, va s’effondrait elle aussi. Tout n’est qu’illusion, tout sauf ce que je suis…

    Bref, a tort, à travers, à raison, rien n’est certain, ni parfait, ni défini, no limit,  rien, rien du tout s’il te plait… Je continuerai de vivre avec, parce que j'ai pas le choix. Advienne que pourra...


    votre commentaire

  • LE MONDE

    EST FOU !

     

     


    votre commentaire
  • Je suis fatigué ... Et quoi, qu’est ce que je fais ici d’abord… ??

    Je suis fatigué de toujours devoir lutter pour garder de l’espoir. On dit que l’espoir fait vivre, c’est vrai, mais dans mon cas, ça me fais plutôt survivre. 

    Quant-on regarde ce monde sacrément pathétique, (pathos quand tu nous tiens,) au bord du gouffre, et qui préfère, au lieu d'aller sauver les meubles, chatouiller le nombril du puissant, qui lui, regarde son propre nombril et qui voudrait que son nombril soit le nombril de tout le monde qui respire sur cette planête, on en fini par ne plus savoir ce que sera notre avenir !

    Avenir, ça ne devrait même plus être dans le dictionnaire.

    En fait, j’en ai juste ras le bol de voir des pauvres cons se battre d’arrache pied pour rester con ! Pourquoi sont-ils aussi cons ? Conservons au moins un peu de dignité, arrêtons d’être cons ! Mais un con reste un con, et le pire c’est que tout les gros cons, y sont persuadé que c'est pas eux, les cons, mais les autres... par exemple, moi, pour eux, je suis un con. Bah oauis, Bande de sale cons narcissique, drogué au vide abyssale du progrès va …

    Mai 2011

     


    votre commentaire
  •  

    “Désespérance est mot courant aujourd’hui, au désespoir de notre quotidien, je me questionne d’ailleurs souvent sur sa finalité.”

    J’ai 26 ans et j’ai l’impression que le monde dans lequel je vis ne m’appartient pas, je le soupçonne d’ailleurs de ne plus avoir d’âme., que dalle, nada et ça m’fout les boules.

    On dirait un asile de fou en liberté, et le monde entier est devenu un asile de fou…

    Et pourtant de l’espoir j’en ai quand même un paquet en réserve. J’arrive à croire en moi, pas narcissiquement parlant, juste que je crois en mes choix, mes actes de tous les jours. Je crois aussi à l’ouverture d’esprit, à la tolérance, qui permet d’apprécier, de découvrir un tas de choses extraordinaires, ou plus ordinaires, du geste à la pensée que l’on ne voit pas. Je crois en un monde meilleur, plus juste. je crois aux valeurs française de liberté, égalité, fraternité, à son histoire, un peu moins à son peuple (et je trouve ça dommage). Je crois aux gens qui m’entourent, mes amis, ma famille, à ceux de mon village que je côtoie régulièrement, village, j’ai bien dis village…

     

    J’ai 26ans et je vis à la campagne, en face d’une pâture à vache… mais l’hiver c’est qu’une pâture toute seule. La campagne c’est désespérant, désespérant tellement y a de l’espoir inexploré, méconnu, ignoré, et carrément inexploité. C’est vrai, on n’est pas non plus dans le désert africain, nos ancêtres se nourrissaient de la terre, une terre fertile, pollué certainement de nos jours, mais tellement, et autrement plus fertile d’imagination, de création, de liberté, d’humanisme, de paysage… de paix !

    La campagne, la nature, le trou du cul du monde, on appelle ça comme on veut, c’est d’abord nos racines, nos repères, qu’on le veuille ou non, qu’on décide de l’ignorer ou de s’enfuir, ça changera rien… que fuyons nous d’ailleurs ? la vie de nos arrières parents, notre passé… ?

    Pourquoi ? pour le progrès certain de la mondialisation, celle-ci qui met tout le monde dehors aujourd’hui, qui nous place au rang de consommateur débile, ou encore qui connecte ensemble, au nom valeureux du progrès, nos vies privées, bafouant ainsi l’identité de chacun au profit de quelques prédateurs assoiffés, qu’on appelle les grandes multinationales…

    Extrait d’interview de Andreï Tarkovski

    N. C. : Comment vous situez-vous par rapport à ce qu’on appelle la “modernité” ?

    A. T. : Comme un homme… qui a un pied sur le pont d’un premier bateau, l’autre sur le pont d’un second bateau… L’un des bateaux va tout droit, et l’autre dévie vers la droite. Petit à petit, je me rends compte que je tombe à l’eau. L’Humanité est actuellement dans cette position.

    C’est désespérant qu’aujourd’hui, même à la campagne on ne peut plus vivre de proximité, ou du moins on galère… Leclerc a mangé les petits commerces, la chine absorbée l’artisanat, kinépolis la culture, l’agriculture j’en parle même pas ! c’est comme si la vie rurale n’était plus qu’un fantôme, l’ombre d’elle même. À ceux qui souhaitent garder la convivialité d’antan, deviennent malgré eux résistants de guerre !

    Leurs QG ? y en a plus vraiment… Depuis que la vie de proximité se fait lessivée par la modernité, et par effet domino, au narcissisme ambiant, c’est-à-dire depuis presque plus d’un siècle, on doit pouvoir compter les lieux de rassemblement sur le doigt d’une main ! Même les associations se déclarent la guerre, souvent au sein même de leurs organisations, baignant à leurs tours dans un climat détestable…

    J’ai 26 ans, je vis à la campagne et y a un QG de résistants dans mon village. D’ailleurs c’est le dernier truc qu’y reste dans mon village. Et attention, c’est pas n’importe quoi comme QG, c’est un endroit qui mélange culture et convivialité entre enfants et adultes, de catégories sociales différentes, du retraité aux personnes en activités, de l’ouvrier au prof, du fonctionnaire à l’indépendant, en passant par l’artistique … Peu importe aussi, l’origine ethnique, l’engagement politique, ou la religion qu’on revendique. Rien de tout ça n’est prioritaire. Ça s’appelle la mixité sociale, l’ouverture aux autres, la différence comme priorité, celle à laquelle je crois. Et j’affirme ici à quel point c’est agréable de pouvoir sortir de chez toi, et d’aller librement dans un lieu où personne ne te juge, ne te prend de hauteur ou se méfie de toi. C’est super agréable de pouvoir bien rigoler sur n’importe quel sujet en buvant une bière ou un verre de vin autour d’une table. De discuter d’un film qu’on a aimé, ou d’un livre.

     

    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ! et même comment la plupart des gens ont pu oublier ça… (c’est quand même triste à crever)  c’est pas non plus très compliqué d’en avoir une petite idée, genre l’évolution du travail productiviste (et du chômage), l’immersion tête baissé dans le progrès ( médias, smart phone, voiture individuelle, et j’en passe d’autres. ) ou encore, et ça va de concert, l’argent prédominant, qui met en extase jalousie, haine, mensonge…et violence. Hein mr le président!

    L’argent ! j’ai donc 26 ans, je vis à la campagne, et j’ai « choisi » le milieu artistique, l’argent n’est donc pas un but, ( vaut mieux parce que j’ai que dalle) je pense d’ailleurs que l’argent n’est pas une fin en soi, mais un moyen, un moyen de mettre en forme nos objectifs. Jamais dans ma vie, je n’ai adhéré à l’idée que la place sociale se fait par l’argent qu’on possède, ni même par des diplômes. Le problème, et il est là, c’est qu’aujourd’hui quand tu penses ce genre de choses, t’es pas bien vu… de une ! et de deux ta marge de manœuvre est faible. Pour un tas de raisons: pas de diplôme = pas de valeur = boulot à la chaîne ou carrément pas de boulot, parce que de moins en moins de choix, parce que de moins en moins de petites entreprises, d’artisanats, de commerce, de possibilité parce que pas assez compétitifs avec les chinois, parce que trop la misère pour gagner ta vie et que par leurs critères de valeurs, l’administration et les banques « multinationales » ( les seuls qui existent aujourd’hui ) n’estiment plus la confiance qu’ils mettaient en toi, ou plutôt dans tes bénéfices. Ils t’achèvent, te donnent le coup de grâce… 

    T’es coincés ! t’avais des ambitions personnelles, une envie de t ‘épanouir dans ton travail, d’aimer te lever tout les jours au matin avec la pêche, bah remballe, c’est pas l’époque !

    C’est ce pourquoi j’ai l’impression de ne jamais être à ma place nul part.

    Je finis mon introduction, pour dire que j’ai 26 ans, je vis à la campagne, et je trouve que le monde devient complétement barje !

    C’est pour cette raison que inévitablement, et à force de voter du courant d’air à chaque élections, l’envie d’exprimer cette énorme supercherie s’intensifie tout les jours un peu plus, du fond de mes tripes et malgré moi. J’ai tellement d’autres choses plus importantes et intéressantes à faire…

    Je n’exprimerai donc pas ici La vérité, (qui la détient de toute façon!) mais une vérité parmi tant d’autres,  ou simplement une sonorité qui n’a malheureusement pas la chance, la possibilité de s’exprimer dans la vie de tout les jours.

    Extrait d’interview de Andreï Tarkovski 

    Discuter d’optimisme et de pessimisme est idiot. Ce sont des notions videsde sens. Les gens qui se couvrent d’optimisme le font pour des raisons politiques ou idéologiques. Ils ne veulent pas dire ce qu’ils pensent. Comme dit un proverbe russe, un pessimiste est un optimiste bien informé. La position de l’optimiste est idéologiquement maligne, elle est théâtrale, et elle est dénuée de toute sincérité. Par contre, l’espoir est le propre de l’homme. C’est l’avantage de l’être humain. Il naît avec l’espoir. On ne perd pas l’espoir face à la réalité parce qu’il est irrationnel. Il se renforce chez l’homme contre toute logique. Tertulien disait et il avait raison :

     “je crois parce que c’est absurde de croire.”

    L’espoir a plutôt tendance à se renforcer même face au plus sordide de notre société actuelle. Tout simplement parce que l’horreur, tout comme le beau, provoque des sentiments qui, chez un croyant renforcent l’espoir.


    votre commentaire
  • Pourri d’France…

     

    Moi j’veux bien me bouger le cul pour mettre du papier dans une boite,

    A voter… mon cul… ça sert à rien !

    Qui que tu sois, t’as pas le choix ! Tu te ramasses toujours une claque !

    de la main droite puis de la gauche, ça rime à rien… ça mène nul part…

    « On veut plus du système, de cette saloperie »…c’est ça oui ! et rien,

    parce que vous pouvez plus vous en passer comme la télé… Sales drogués !

     

    Désolé le siècle des lumières… mais y a plus de courant ici…

     

     

    Parfois j’aurai envie de lâcher prise… je sais bien que c’est foutu,

    On repart dans un cycle infernal, un avenir que dalle, même dans mon village, on vote les bouffent la merde. FN La « peine » dans les deux sens du terme…Limite critique pour un cas extrême …

    Merde, j’veux bien être désespéré, et je le suis, mais pas au point de refaire les mêmes erreurs à chaque fois… Et quoi !… Recommencer le XXe siècle ?! …

     

    C’est vrai que le peuple y gagne… «  Fouette moi encore…oh oui…  plus fort…»

    Au plaisir des grandes industries, des armes, du bâtiment, et de toutes les autres.

     

     

     

    On nous chante tour à tour la gloire du riche, l’ouvrier pauvre, l’étranger de la peur et maintenant ( à la mode) le Vert de Terre … vaste choix politique…bah tiens, aujourd’hui, j’vais défendre le mensonge et l’ignorance, merde on peut mettre qu’un bulletin de vote… Tant pis j’vais pas voter !

    Les autres le feront bien pour moi…

     

    Sauf que et malgré ma désobéissance, j’ai voté mon droit de citoyen, j’ai demandé aux politiques d’arrêter de ce battre comme des gamines de 12 ans et de construire un nouveau pays. Mais j’ai perdu, encore une fois ! Les mêmes discours synthétiques, les mêmes débats inutiles où tout le monde a gagné, et les autres ont perdu. ( Moi je dis le perdant c’est le peuple ) Malgré selon eux un faible taux de participation, tu m’étonnes que les Français ne s’intéresse pas à la politique, déjà arrêter de faire des émissions électorales … parce qu’un débat sur le vent alors que la tempête est là je trouve ça déplacer !

     

     

    …quel programme, j’ai hâte de grandir, de me rendre compte jour après jour l’extraordinaire chance que j’ai de vivre dans ce monde si généreux…

     


    votre commentaire
  •  

    En faites aujourd’hui, la société c’est comme le cinéma nouvel génération.

    Un rouleau de PQ !

    C’est à dire ??

    En gros, on essaye vainement de nous en mettre plein la vue, avec un tas de fioritures,

    Comment on appelle ça ! ah oui du superficiel.

    Mais pas n’importe lequel, celui qui rapporte plein d’fric …

    Voilà la dernière idée, ressortir les star wars, titanic et tout les autres block-fumistes à succès …en 3D.

    Génial… vive l’espoir, l’inventivité, on en avait déjà pas marre des adaptations en tout genre, des remakes, ou des biographies à deux balles… Maintenant ils vont nous les resservir en 3D.

     

    ET La 3D c’est de la Merde !

    Pas que je suis un puriste, mais parce que c’est juste de la merde !

    Et les livres alors, on s’y met quand à la 3D ??? nan parce qu’un livre intéressant, ça reste un livre intéressant, c’est pareil pour un film, nan ? Pourquoi vouloir créer du superficiel ?? par logique, c’est que le film en lui-même est merdique, superficiel et inutile.

    C’est le début de la fin !

    Je suis prêt à parier que là-haut, aux sphères du pouvoir ( et je ne parle pas que des guignols qui s’acharnent sur les gitans, mais aussi des supers industries et autres charlatans financiers)

    Qu’ils ont déjà bien accepté le futur, faut dire que c’est tout bénéfice pour eux, au sens propre du terme. Vous voyez, ce genre de futur qu’on retrouve dans « blade runner » « brazil », ou plus accessible encore« minority report ». Grosso modo, la fin de l’humanité !

    Un troupeau de zombie acquis à la cause du progrès technologique ! Lunette 3D intégré aux orbites, combinaison en aluminium ultra technologique, avec (et c’est pas une option ) contrôle totale de nos libertés,des frigos qui prélève directement sur nos comptes bancaires,des boulots de merde à la chaine pour pouvoir payer ce que le frigo achète tout seul directement sur nos comptes bancaires, un zeste d’uniformité, blanc de peau c’est plutôt mieux, (  comme le dis notre ministre de l’immigration, besson le froc, de « bons français » !) Je veux bien l’ignorance, mais là on se fout vraiment de notre gueule, et nous alors?  on est tous complément con d’attendre sagement que ça arrive, pire on se jète directement dans la gueule du loup !

    … dire qu’on a même pas encore digéré la HD ( haute définition, pour rappel )  et le truc blu-ray… 

    D’ailleurs haute définition, 3D, c’est vraiment dommage que ça rend pas les gens plus clairvoyant !

    Bref, le progrès quoi, qui peut être contre le progrès ??? Des connards d’anarchistes voyous !

    Tous au karcher ! allez …


    votre commentaire
  •  

    J’ai hésité le vote cette fois, m’abstenir ou blanc, quel est le meilleur ? Au point où l’on en est, l’un ou l’autre ne sert pas à grand chose.

    Pour la première fois de ma courte citoyenneté j’ai voulu résister au vote, ne pas y aller, m’en foutre, mais je ne peux pas, ma révolte prend le dessus, mon pays, ma terre, tout ça semble plus important que ma propre personne, et je ne peux rien à ça, même résigner de ce faux semblant politique, même complètement catastropher de  cet avenir sombre.

    Rien n’a plus de force que ma conviction d’y croire, croire qu’il est possible de changer les choses, que l’homme n’est pas si débile que ça, ou qu’un avenir est encore possible…

     

    c’est une sorte de bulle en moi, qui rétablit désespérément l’équilibre des choses, tragédie tintée d’espoir qui vain, essaie encore et contre tout, de me faire aimer la vie.. J’ai dit bulle, plutôt fil, fil fragile, presque cassé, que j’accroche de mes deux mains pour ne pas qu’il cède définitivement…

     

     

    J’ai repris espoir un jour dans la politique, quant un parti à décider de prendre le large, à contre courant des autres, arracher sec l’indépendance, quitte à tout perdre…

    Il m’a redonné confiance sur les trois mots de liberté, égalité, fraternité.

    Liberté d’être un individu à part entière, de penser, de vivre, de s’exprimer autrement.

    Égalité de droit, de paroles et de valeur humaine,

    Fraternité, d’aider à faire valoir la parole de l’autre, de la faire reconnaître…

    Tolérance, acceptation de l’autre, j’y crois tout comme à la lutte de se faire respecter et entendre.

     

    Mais plus le temps passe, plus je me rend compte qu’il s’agit là bien d’une utopie.

    Un fantasme rien de plus, un rêve mort né, et un cauchemar bien là, vivant,

    et pourtant… Même si chaque jour est une déception.

     

    Je ferais tout pour ne pas la perdre cette utopie….

     

    4% peut être, et alors… c’est déjà ça.

     

    J’ai toujours détesté prendre parti, sans faute d’avis, je ne connais pas la vérité, je ne suis pas dans la peau des autres et je ne connais pas leurs quotidiens, alors j’écoute et je dis mon avis.

    J’exprime ce à quoi je pense et l’autre aussi, en découle un dialogue bien plus intéressant qu’une propagande à deux balle.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique