• Devant la télé

    En freesbury, la tête lourde, je pose mon cul sur le canap,

    Ya comme un vide dans l’air… l’air de rien la journée était fatiguante,

    Alors je Zap, zap là, non tu l’as vu ce con ! Évident, je juge, j’ai pas trop le temps de penser…

    Tolérer me prendrais du temps, comprendre pourquoi un russe tape sur la gueule d'un géorgien ça relève de l’incompréhensible…

    Et puis alors on s’en fout, parce qu’a la télé, y parle de Cécilia, et puis de Carla… Ça au moins ils expliquent bien, les journalistes, c’est fou ça ressemble à closer ! enfin sur le coup même ça… me vide, faut dire qu’ils sont fort pour te faire oublier ta pauvre existence…ZAP… on passe à la cave, l’humour de bas étages, d’habitude on dit premier degré, mais on arrive un temps ou le degré baaah ça se pourrait qu’il soit dans le négatif, faut bien préparer le peuple à la fatalité de notre économie et de notre climat… alors on voit des gens qu’on connaît pas vraiment, y a un peu de tout en faites… y a un seul lien qui les relie, d’être tous légèrement con, on arrive à une époque où même l’humour ne doit en aucune manière nous faire réagir, du coup ça pose le problème de savoir si il faut rire de tout !  Quant on sait qu’ils arrivent à rire de rien, que dalle, ça paraît même parfois extrêmement gênant, pourtant j’ai rien à voir la dedans, vu que tout m’indique que je suis au dehors même du tube…enfin bon, c’est la fin du rire, morosité de l’âme… et le malade…ZAP…


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :